Constat

Constat

Mon expérience de recruteur et de conseil en gestion des organisations m’a souvent confronté à des situations apparemment inextricables. Elles révélaient en fait la fragilité des entreprises et une réelle fébrilité dans l’action.

Pourtant, ces 30 dernières années ont vu naître des outils et des méthodes efficaces et performantes.

Dans le recrutement et la gestion des carrières, les différents questionnaires de personnalité, la détection de hauts potentiels et le coaching ont permis d’améliorer les trajectoires de carrières. Les réseaux sociaux professionnels constituent aussi de véritables tremplins dans la gestion individuelle des carrières.

Dans d’autres domaines, des outils de gestion puissants et intégrés ont permis la standardisation de process qui étaient parfois mal maitrisés au sein de PME.

La gestion des données et la capacité de calcul offrent des perspectives inespérées, dans l’apprentissage et l’optimisation des décisions.

Dans le même temps, on assiste malheureusement à une multiplication des maux qui déstabilisent les entreprises et menacent leurs dirigeants.

  • Les risques psycho-sociaux et les burn-out se multiplient dans des proportions exponentielles. Les suicides ne sont plus des cas isolés ou confinés à certains secteurs.
  • Les technologies si performantes ne sont pas prises en main et font souvent face à de vraies résistances en interne.
  • Les vagues de démissions sont devenues courantes. La pratique de ghosting, qui consiste à ce qu’un employé qui souhaite quitter son employeur, préfère désormais ne plus se présenter à son travail du jour au lendemain sans donner signe de vie, est un phénomène qui prend de l’ampleur.

Ces phénomènes sont l’expression d’une forte défiance vis-à-vis des organisations. Elle s’accompagne de la prolifération d’idéaux radicaux et très clivants. Ainsi l’affirmation de revendications identitaires fortes qui se diluaient naguère dans la culture d’entreprise ; s’y opposent désormais frontalement.

Toutes ces difficultés, à la tournure parfois dramatique, freinent souvent la dynamique naturelle des entreprises.

En plus de ces dilemmes, l’entreprise est aussi très contraintes par des grandes théories :

  • La VUCA qui impose d’être adaptable continuellement
  • La nécessité absolue d’intégrer les nouvelles technologies comme la Data Science ou l’Intelligence Artificielle, sans quoi les décisions souffrent de biais cognitifs

La marge de manœuvre des entreprises diminue drastiquement au moment où leurs capacité d’action devrait être décuplée.

  • Rupture

  • Démission

  • Urgence

  • Interruption

Mon expérience de recruteur et de conseil en gestion des organisations m’a souvent confronté à des situations apparemment inextricables. Elles révélaient en fait la fragilité des entreprises et une réelle fébrilité dans l’action.

Pourtant, ces 30 dernières années ont vu naître des outils et des méthodes efficaces et performantes.

Dans le recrutement et la gestion des carrières, les différents questionnaires de personnalité, la détection de hauts potentiels et le coaching ont permis d’améliorer les trajectoires de carrières. Les réseaux sociaux professionnels constituent aussi de véritables tremplins dans la gestion individuelle des carrières.

Dans d’autres domaines, des outils de gestion puissants et intégrés ont permis la standardisation de process qui étaient parfois mal maitrisés au sein de PME.

La gestion des données et la capacité de calcul offrent des perspectives inespérées, dans l’apprentissage et l’optimisation des décisions.

Dans le même temps, on assiste malheureusement à une multiplication des maux qui déstabilisent les entreprises et menacent leurs dirigeants.

  • Les risques psycho-sociaux et les burn-out se multiplient dans des proportions exponentielles. Les suicides ne sont plus des cas isolés ou confinés à certains secteurs.
  • Les technologies si performantes ne sont pas prises en main et font souvent face à de vraies résistances en interne.
  • Les vagues de démissions sont devenues courantes. La pratique de ghosting, qui consiste à ce qu’un employé qui souhaite quitter son employeur, préfère désormais ne plus se présenter à son travail du jour au lendemain sans donner signe de vie, est un phénomène qui prend de l’ampleur.

Ces phénomènes sont l’expression d’une forte défiance vis-à-vis des organisations. Elle s’accompagne de la prolifération d’idéaux radicaux et très clivants. Ainsi l’affirmation de revendications identitaires fortes qui se diluaient naguère dans la culture d’entreprise ; s’y opposent désormais frontalement.

Toutes ces difficultés, à la tournure parfois dramatique, freinent souvent la dynamique naturelle des entreprises.

En plus de ces dilemmes, l’entreprise est aussi très contraintes par des grandes théories :

  • La VUCA qui impose d’être adaptable continuellement
  • La nécessité absolue d’intégrer les nouvelles technologies comme la Data Science ou l’Intelligence Artificielle, sans quoi les décisions souffrent de biais cognitifs

La marge de manœuvre des entreprises diminue drastiquement au moment où leurs capacité d’action devrait être décuplée.

  • Rupture

  • Démission

  • Urgence

  • Interruption